Quel taux de compression utiliser sur le convertisseur MP3 ?


Devenu incontournable dans l’univers musical, le MP3 divise, entre les professionnels qui promettent des contenus de meilleure qualité et ceux qui le fustigent pour la réduction de la qualité sonore. Cet article vous aide à y voir un peu plus clair.

Impact de la compression sur la qualité sonore

La compression a pour principal objectif de réduire la taille des fichiers afin qu’ils occupent un minimum d’espace dans la mémoire des supports numériques (ordinateurs, téléphones portables, baladeurs…). Ainsi, soumettre les morceaux d’un album de musique au convertisseur MP3 divise leur poids par plus de 10, puisque celui-ci passe de 500 Mo à 45 Mo.

Évidemment, cet impressionnant gain de place ne se fait pas sans dommage, essentiellement pour la qualité de la musique. Une bonne partie des informations sonores étant retirée, le son perd de son naturel et de sa précision. Souvent, pour les non-initiés, la différence n’est pas audible, mais sur certains morceaux, la différence est plus marquée.

Sans grosse contrainte d’espace, il est possible d’améliorer sensiblement la qualité d’un morceau MP3 en réduisant le taux de compression. Sinon, d’autres formats de compression existent, dont l’Ogg Vorbis, qui est sans doute le format le plus performant en la matière. Cependant, le MP3 reste très plébiscité, du fait de son universalité, puisqu’il se lit sur tous les supports, physiques ou en ligne.

La compression non destructive est également possible

Malgré tout, le MP3 a ses détracteurs, qui préfèrent se tourner vers la compression sans perte de qualité. Cette méthode, qui n’efface aucune information sonore préserve 100 % de la musique.

Ces formats non destructifs sont l’APE, l’Alac et le Flac, ce dernier étant la référence pour les mélomanes. Leur inconvénient est évidemment leur poids, qui ne change pratiquement pas. De plus, l’absence de différence n’incite pas les artistes à enregistrer les morceaux dans ces formats. Enfin, peu de lecteurs sont en mesure de jouer la musique.

Au final, le MP3 demeure la meilleure option pour la plupart des personnes, à l’exception des plus exigeants. La clé pour profiter d’une qualité raisonnable réside dans un choix judicieux du taux de compression.

Pour minimiser le poids, le 128 kbit/s s’impose, mais la médiocrité du son est clairement perceptible. À 192 kbit/s, la taille reste correcte et la différence devient inaudible pour le plus grand nombre. Le 256 kbit/s est recommandé aux mélomanes qui utilisent un matériel audio perfectionné. Pour les professionnels, le 320 kbit/s est incontournable, voire un format de compression sans perte.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *